Vous êtes ici > Feuilletons > Marseille, écran total > Beaucoup de caméras, pas assez de fauteuils
Albert Londres
Statistiques
   Frédéric Legrand, aka Albert II   le 14/11/2011
 
 

Beaucoup de caméras, pas assez de fauteuils

 

Marseille, deuxième ville la plus cinématographique de France. Avec 230 tournages (+15% par rapport à 2009) et 1 108 jours de shooting, la cité phocéenne arrive juste derrière Paris au classement des villes françaises les plus filmées. Pour autant, entre la répartition des retombées économiques des tournages, puis la vitalité des salles de cinéma, le film de Marseille est plus contrasté qu’il n’y parait.

A Marseille comme dans l’ensemble de la région Paca, ce sont les séries télé et les téléfilms qui assurent la majeure partie des retombées économiques, selon une étude publiée en mars par le conseil régional Paca.

Powered by Tableau

Localement, Marseille serait cependant largement distancée par Nice : estimation des retombées en millions d’euros.

Powered by Tableau

A l’autre bout de la bobine de film, Marseille se place plutôt bien en taux d’occupation de ses salles obscures, selon une étude du CNC [1].

Powered by Tableau

Mais le pourcentage est trompeur : en nombre d’entrées, la deuxième ville de France fait pâle figure.

Powered by Tableau

La faute à une offre en salles et en fauteuil insuffisante.

Powered by Tableau
Powered by Tableau

Selon l’AGAM [2], Marseille pourrait rattraper son retard si les projets de Pathé à Capelette, Besson à Arenc et MK 2 sur la Canebière sont menés à bien. Combinés, ces trois nouveaux complexes pourraient presque doubler le nombre de fauteuils disponibles, passant de 8 000 à 15 000 et de salles, passant de 48 à 89. Pour le moment, seul le projet Capelette est annoncé pour une ouverture en 2013.

Photo Daniel Leininger, licence Creative commons

Notes

[1] Centre national du cinéma

[2] Agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise


 



ALBERT EN RÉSEAU

Sur Flickr
Fil RSS