Vous êtes ici > Contre-jour > Société > « Dîner presque parfait » chez Michel Vauzelle
Albert Londres
Gastronomie
   Frédéric Legrand, aka Albert II   le 5/01/2012
 
 

« Dîner presque parfait » chez Michel Vauzelle

 

Janvier, c’est le traditionnel marathon des vœux à la presse dans les grandes institutions. Premier à ouvrir le bal hier : Michel Vauzelle, président (PS) de la région Paca.

Ambiance : 8 sur 10

Michel Vauzelle arrive vers 12h30, juste le temps pour ses invités de poser le manteau au vestiaire et de se trouver un voisin de chaise sympa. Un discours pas trop long (35 minutes, sous la supervision d’une conseillère qui lui signale quand il dépasse la demi-heure) qu’il conclut en lançant un très joli hommage à ses invités journaleux : « Être journaliste, c’est être militant, on défend son indépendance d’esprit et de jugement, et donc aussi celle de vos lecteurs. Le tout sans compter son temps. Je vous souhaite donc une très bonne année à vous mais aussi à vos familles, qui supportent votre emploi du temps, et à votre curiosité, qui est nécessaire contre la tentation du repli. » S’ensuit un buffet-dînatoire du meilleur aloi, qui permet à chaque journaliste de papillonner de confrères en élus avant de revenir aux confrères. Michel prend la peine de venir serrer la main à chaque invité (tout de même plus de 120 personnes, à vue de nez) : la grande classe.

Seul bémol : le buffet n’ouvre qu’APRÈS la séance de question-réponses suivant le discours, c’est-à-dire vers 13h45. Ceux qui n’ont pas prévu un Balisto en sont quittes pour une mini-crise d’hypoglycémie.

Décoration : 4 sur 10

Tout en colonnes et béton ou pierre, le petit hall (lieu du discours) comme le grand hall (lieu du buffet) de l’hôtel de région ne sont pas des chefs-d’œuvre d’architecture chaleureuse. Et que dire de la toile expressionniste derrière le pupitre du président, qui semble avoir été faite directement en écrasant des tubes de peinture géants ?

Cuisine : 8 sur 10

Défenseur de notre belle région, Michel Vauzelle ne pouvait faire autrement qu’en appeler à nos savoureux producteurs locaux : plancha d’émincés de taureau, charcuteries provençale, huile d’olive AOC, n’en jetez plus. Les desserts sont moins locaux, mais plus régressifs : fontaine à chocolat avec fruits et chamalows, farandole à bonbons. Côté boisson, mention spéciale au Coteau d’Aix rouge millésime 2005. Bémols : les ateliers dégustation se retrouvent rapidement à cours d’assiettes devant la horde de journaleux. Pour éviter les moulons, davantage de serveurs à plateau aurait été un plus.

Discours : 6 sur 10

Avocat de formation, adepte des grandes envolées, Michel Vauzelle balaie large entre « indignados », nucléaire, puissances de l’argent, sécurité sanitaire, démocratie de proximité, printemps arabe, désindustrialisation, décentralisation, Euroméditerranée, affaires... Mentions spéciales petites phrases :
- « Sarkozy nous promettait d’aller chercher la croissance avec les dents : on a vu ses dents, on a pas vu la croissance. »
- « Si je ne donnais de l’argent qu’aux maires de gauche, l’affaire serait vite réglée. »

Cadeau : 5 sur 10

Avant de repartir, chaque journaleux reçoit un beau livre de photos sur le thème de l’eau, 150 pages sur papier glacé, éditée par l’éditeur marseillais le Bec en l’air, préfacé par Danielle Mitterrand. Clin d’oeil au forum mondial de l’eau, qui se tiendra en mars à Marseille avec le soutien de la région. Un forum que Danielle Mitterrand dénonçait. Un cadeau avec du sens, pour un prix (non indiqué) qui ne semble pas compromettant pour le journaliste récipiendaire. Rien de trop, rien de trop peu.

NOTE GLOBALE : 6,2 sur 10


 

Vos commentaires



ALBERT EN RÉSEAU

Sur Flickr
Fil RSS