Vous êtes ici > Feuilletons > Marseille se livre > Et soudain, Patti Smith s’est mise à chanter dans la salle d’attente de la (...)
Albert Londres
Over the Rimbaud
 
 

Et soudain, Patti Smith s’est mise à chanter dans la salle d’attente de la gare Saint-Charles

 

Quelques paysages locaux, façon carte postale, barrés d’une citation. Signé Rimbaud, qui prend ici ses aises sur les murs de la salle d’attente portant désormais son nom. Sinon, rien à signaler. La dame en rouge vient d’acheter son billet au guichet d’à côté. Le train pour Paris est annoncé à l’heure sur le tableau noir d’affichage, qui trône au-dessus d’un « Je est un autre » imprimé sur fond marin. Au fond de la pièce, deux techniciens s’affairent autour d’un podium improvisé. Réglages micro et guitare. Derrière le guichet, le traiteur a nappé sa table. Dernier appel, le TGV à destination de Strasbourg va partir voie J. Dernier client prié de sortir de la pièce, désormais envahie d’une autre foule, au fait du secret. Dernier coup d’oeil à la montre : Patti Smith est attendue ici même dans deux minutes, pour un hommage chanté à Rimbaud devant une poignée d’invités. Vous êtes bien en gare Saint-Charles, quelques minutes d’arrêt pour une explication nécessaire.

A l’origine de ce passage-éclair de la star, l’idée portée par l’association marseillaise Rimbaud etc. de marquer le 120e anniversaire de la mort d’Arthur Rimbaud, survenue à Marseille le 10 novembre 1891. Avant cela, le jeune homme y fera une courte étape en 1875, l’année de ses vingt ans, celle-là même où il arrêta d’écrire définitivement. Il y repassera plus tard, entre deux voyages. La dernière fois, en mai 1891, il y fut rapatrié après dix années passées en Abyssinie, l’ancienne Ethiopie. Malade, Rimbaud meurt quelques mois après à l’hôpital de la Conception. Peu d’indices, dans la ville, témoignent de ce passage. Une plaque dans l’hôpital, un collège à son nom, une statue. Fin de la visite. « L’idée de la gare Saint-Charles, lieu de convergence de ses voyages (départ et retour d’Afrique, départ et retour de Charleville-Mézières) nous est apparue comme un autre espace propice », raconte l’association.

Contact est pris avec Gare & Connexions, le musée Arthur Rimbaud de Charleville-Mézières, la ville de naissance de Rimbaud, apporte sa touche. Et Patti Smith dans cette histoire ? Inconditionnelle du poète – elle porte même le projet d’une fondation Rimbaud avec Johnny Depp et Iggy Pop), la chanteuse-photographe-artiste a accepté gracieusement de faire une halte musicale dans la petite pièce face aux quais, en amont de son concert marseillais, prévu le soir même au Silo. Quelques mots sur le poète, une chanson, un « merci Arthur » et la voilà déjà repartie. C’était hier midi, dans la salle d’attente Arthur Rimbaud de la gare Saint-Charles.

Patti Smith chante Rimbaud à la gare Saint-Charles by Chez Albert

 



ALBERT EN RÉSEAU

Sur Flickr
Fil RSS