Vous êtes ici > Feuilletons > Présidentielle : votez Claude Martin ! > Les hyyyymnes, de vos campagnes
Albert Londres
Compil
   Clément Chassot, aka Albert XIII   le 11/04/2012
 
 

Les hyyyymnes, de vos campagnes

 

En exclusivité mondiale, Albert a retrouvé les plus beaux moments musicaux des six dernières campagnes présidentielles. Qu’ils soient ridicules, galvanisants ou parodiques, les tubes de campagne reviennent en trombe à chaque scrutin suprême. Impossible pour un candidat de se passer d’une musique pour le représenter. De Jacques Chirac millésime 1981 à Philippe Poutou en passant par Lionel Jospin, préparez vos esgourdes !

Les hymnes, de vos campagnes by Chezalbert on Mixcloud

- Poutou par Brigitte ohne Udo
«  Je suis prête à tout pour mon Poutou », « Il va nous trouver des sous sous, pour boucher les petits trous ». De prime abord, on penserait entendre Chantal Goya, mais en fait non. Des paroles sympas mais un titre dont il ne faut tout de même pas abuser.

- Ensemble, par Jean-Jacques Goldman
« Je ne me souviens que d’un mur immense »... Lionel Jospin avait vu juste en embauchant la star de la chanson française pour sa campagne de 2002 : il a pris le mur en pleine face. Déjà sollicité en 1995 avec Il changeait la vie, JJG n’a bizarrement plus été réembauché par les socialistes depuis.

-  Jacques Chirac, maintenant, par le RPR
L’hymne officiel de la campagne de Jacques Chirac en 1981. Rien à jeter : la classe du début des eighties, l’entrain de la mélodie et des paroles d’un haut standing présidentiel. On se demande comment ce son ne l’a pas mené à la victoire cette année-là.

- Sé Sé Sé Ségolène, par les Gars de la Royale
Petit zouk en l’honneur de la candidate socialiste de 2007 réalisé par quelques uns de ses supporters. « La plus belle du parti », peut-être... « Tous les français en ont envie  », raté.

- T’auras mon vote Bayrou, par le Modem de Haute-Savoie
Morceau hip-hop/R’nB très engagé à la gloire du candidat centriste malheureux depuis 2002 sur une reprise du grand et reconnu K-Maro. Attention aux paroles plus qu’évocatrices : « T’auras mon bulletin dans ton urne Bayrou ».

- Désolé, par les Guignols de l’Info
Albert n’a pas résisté et vous propose la très bonne parodie de Sexion d’Assaut appliquée à l’équipe Sarkozy. «  Des vaccins j’en ai trop commandé, le médiator a plus tué que soigner... », scande Roselyne Bachelot avec tous ses collègues « désolés ». En même temps, ne leur jetons pas la pierre, c’est la faute la crise.

-  Le Changement c’est maintenant, par le PS
Un morceau d’électro nasillarde avec la répétition des mots « changement » et « maintenant » plusieurs dizaines de fois où cas où vous n’aviez pas compris le slogan du candidat.
On mesure ici le poids des chansons de campagnes dans le résultat électoral : ça ne doit pas être si important que ça pour que les spécialistes de la comm’ socialiste aient choisi quelque chose d’aussi terne.

- La France Forte, par l’UMP
La BO d’un péplum magistral pour un guerrier qui revient dans l’arène, prêt à en découdre. Avec ça, on sait qu’il n’est pas là pour enfiler des perles. Frissons garantis.

PS / Petit rajout perso d’Albert II : n’oublions pas l’hymne de campagne de Balladur en 1995, Conquest of paradise (en écoute ici), par Vangelis, BO médiévale de 1492, l’histoire d’un homme qui pense découvrir un continent, apporter la civilisation à une bande de sauvages et qui finit par déclencher sans le vouloir un génocide. Le tout balancé sur décor rose saumon Figaro, un délice de com’ !

DEMAIN : Caroline Giran-Samat et Richard Ghévontian, chercheurs en droit et en science politique, invités d’Albert et radio Grenouille.

Photo Jyc1, licence CC


 



ALBERT EN RÉSEAU

Sur Flickr
Fil RSS