Vous êtes ici > Feuilletons > Concertation au pas pour le Vieux-Port piéton > Live from l’espace Vieux-Port
Albert Londres
Après la concertation, l’information
   Frédéric Legrand, aka Albert II   le 3/04/2012
 
 

Live from l’espace Vieux-Port

 

Faire participer le citoyen aux décisions et aux grands chantiers qui vont changer sa vie au quotidien : en théorie, ça devrait être un peu ça tout le temps la démocratie. En pratique, c’est éminemment plus compliqué. Toute la semaine, radio Grenouille et chez-albert .fr se plongent dans les mille et une formes de la participation citoyenne.

AUJOURD’HUI

Chez Grenouille (88.8 FM et en écoute différée ici) :

- l’art public du Heidelberg project (9h30)

- aménagement urbain participatif aux Aygalades (18h)

Chez Albert :

- live from l’Espace Vieux-Port

Il faut le dire tout net : quand j’avais vu ouvrir l’espace Vieux-Port, j’avais pas mal ricané. D’abord parce que ce grand rez-de-chaussée commercial avait été ouvert au public à la mi-décembre, pile une semaine après la fin de l’enquête publique sur le projet de piétonnisation. Jusque-là, pour voir des maquettes, des plans précis, et surtout discuter avec quelqu’un, il fallait aller au siège de la communauté urbaine au Pharo, ou à la Joliette à la direction de l’urbanisme de la mairie.
J’avais ricané ensuite parce que l’emplacement même de l’espace Vieux-Port est drôle : en face du jardin des vestiges et du Centre-Bourse, c’est-à-dire dans les coulisses du Vieux-Port, devant un des symboles du ratage architectural et urbanistique de Marseille. Le tout dans une rue où, malgré les travaux, les police municipales et nationales n’arrivent pas à empêcher le stationnement sauvage sur les trottoirs... Bref, un régal.

Charte de 1918. Mais le journaliste oublie trop souvent qu’il ne doit pas se contenter d’a priori, et Albert a donc décidé de m’envoyer en immersion sur place, voir quelle information on délivre à l’espace Vieux-Port. En cet après-midi ensoleillée, je fais à pied et en gambergeant le chemin qui mène à l’arrière du palais de la bourse : vais-je devoir trahir la charte des journalistes de 1918 ? Le texte vénérable et vénéré précise en effet (article 5) que « le journaliste digne de ce nom » (que j’ambitionne d’être) « s’interdit d’user de moyens déloyaux pour obtenir une information ou surprendre la bonne foi de quiconque ».
Or, comment savoir comment faire état de ma qualité de journaliste ET tester la façon dont le quidam est accueilli à l’espace Vieux-Port ? La charte comporte en elle-même la réponse : le journaliste digne-de-ce-nom s’interdit aussi « d’invoquer un titre ou une qualité imaginaires ». Comme je suis habitant du Vieux-Port (quelque part pas loin de la place de Lenche), j’ai donc tous les titres et qualités bien réelles nécessaires. Ça ne tiendrait peut-être pas devant un jury, mais qu’importe : le journaleux-digne-de-ce-nom « ne reconnaît que la juridiction de ses pairs, souveraine en matière d’honneur professionnel », on lave le linge sale en famille, nous aut’.

Ce problème éthique résolu, me voilà arrivé rue Barbusse. L’espace Vieux-Port est encore plus dissimulé que je ne le pensais, accolé à un espace parking pour bus à croisiéristes. Je me faufile entre les grappes de touristes allemands et de guides agitant leurs petits drapeaux en carton, et entre.

En bon riverain-qui-aime-bien-la-piétonnisation-mais-bon-quand-même-et-ma-bagnole-quoi, j’ai décidé de m’inquiéter de l’impact du projet sur mes places de parking, mon abonnement horodateur, et les reports de circulation sur la petite rue qui passe en dessous de chez moi (plus peut-être une question subsidiaire sur les 50 cm qui restent par endroits entre les terrasses de café et les palissades de chantier).

Credibility. Bon sang j’en suis déjà presque à DEUX FEUILLETS et je n’ai MÊME PAS commencé à parler du fond de ce papier. Au temps pour ma street credibility sur la nécessité d’écrire court, aller droit au but, ne pas lasser le lecteur blablabla.

Donc bref, j’entre. Je suis le seul visiteur. Deux hôtesses sont postées derrière le comptoir d’accueil.

-Bonjour, vous venez pour de l’information sur les travaux du Vieux-Port ?

-Ah euh, oui, j’habite vers la place de Lenche, alors je voulais savoir ce que ça va donner en terme de circulation dans ma rue, de parking, tout ça quoi.

-Déjà est-ce que vous avez eu la documentation sur le projet ? Là vous avez toutes les phases du chantier, là les aménagements de circulation, là les suppléments spéciaux de la [quotidien local], on devrait d’ailleurs en recevoir cette semaine un nouveau, actualisé.

De question technique en question technique, mes deux interlocutrices se révèlent quasi-incollables. Les places de parking ? « Il y en aura moins durant les travaux, mais si vous êtes abonnés vous pouvez regarder dans un quartier adjacent [1]. ». La circulation ? « Une sortie devrait être aménagée sur l’A55 pour permettre de sortir directement sur le boulevard des Dames, en évitant le Panier. Et pour le tunnel Vieux-Port, leur site Internet vous donne tous les jours les horaires de fermeture. »
Les double-file ? « Il va y avoir des PV par vidéo. Mais avec une certaine tolérance pour les gens qui livrent des courses, ou qui amènent des personnes âgées. Le président Caselli a parlé lors d’une réunion d’une tolérance de 15 minutes. » Incollables ET réalistes : « le bas de la Canebière a été rendu piéton, enfin comme sur la rue de Rome. D’ailleurs ils vont commencer à mettre des PV, là... »

-Et vous avez beaucoup de monde à l’espace Vieux-Port, maintenant ?

-Depuis le début des travaux oui, beaucoup. Surtout des personnes âgées et des commerçants.

-Ils sont pas trop énervés ?

-Souvent. Très énervés, même. Comme si c’était nous qui avions décidé le projet.

Avant de partir, je fais un petit tour de maquette : la zone piétonne, les nouvelles estacades pour les clubs de plaisanciers (en bois ou en teck, très belles, moins typiques sans doute que les cabanons blancs et bleu mais bon...), un joli film 3D du Vieux-Port au soleil levant en ralenti/accéléré, dont la caméra a été monté sur mat ou sur grue. C’est joli, complet, pas polémique. Pourquoi ce truc n’a-t-il pas été ouvert pendant la concertation ? « C’est un espace d’information, explique la communauté urbaine. Pour la concertation il y a eu les réunions publiques et les permanences des commissaires enquêteurs. » Avant le début des travaux, l’espace Vieux-Port n’ouvrait que deux jours par semaine, le mercredi et le samedi. Depuis deux semaines il ouvre quatre jours par semaine [2], de 10h à 19h.

DEMAIN

Chez Albert :

- notre compil participative, concoctée par le Dr Zoom de radio Grenouille

Chez Grenouille (88.8 FM et en écoute différée ici) :

- Messe Basse 1 – Campagne Lévêque (rediffusion) (9h30)

- plateau en public : art et participation citoyenne (18h)

Notes

[1] Pas tout proche, tout de même.

[2] Du mercredi au samedi.


 



ALBERT EN RÉSEAU

Sur Flickr
Fil RSS